grand art

Category: Heidegger en français
Submitter: Murilo Cardoso de Castro

grand art

Elles ne partent pas de l’oeuvre, car celle-ci y est envisagée comme ce que le pouvoir de l’artiste a produit, comme un résultat de son faire. Certes, l’oeuvre d’art singulière est toujours aussi la production d’un artiste ; toutefois, cet être-produit de l’oeuvre ne constitue point son être-oeuvre, et cela d’autant moins que la volonté la plus propre de la production vise bel et bien à laisser l’oeuvre reposer sur elle-même. Dans le grand art justement - et c’est de celui-ci seul qu’il s’agit ici -, l’artiste demeure par rapport à l’oeuvre quelque chose d’indifférent, presque comme un procès qui s’annulerait lui-même dans la création (Hw. 29).

En tant qu’instaurateur du litige, le créateur se met sur la voie où l’oeuvre vient à se dresser dans l’être-ouvert ouvert par elle-même du Là, de ce Là qu’un peuple se résout à être. L’oeuvre, pourtant, n’est pas une publication après coup de cet être-décidé, une "expression" de ce qu’un peuple est, mais le sursaut qui fait signe vers cela même que ce peuple veut être. C’est pourquoi le grand art n’est jamais un art "actuel". Grand est un art lorsqu’il porte son essence au plein déploiement, c’est-à-dire met en son oeuvre la vérité qui doit devenir la mesure pour un temps. Mais se rendre conforme au temps, l’oeuvre ne le peut pas. Certes il existe de tels produits artistiques. Mais ils ne sont pas un sur-saut parce qu’ils sont sans saut originel, mais seulement un résultat. Dans le sillage de tout art essentiel, il y a toujours de l’art épigonal ; celui-ci offre même apparence que lui, et pourtant il en diffère d’un saut - et non pas seulement d’un degré.

Submitted on:  Wed, 28-Mar-2007, 08:49