allégorie

Category: Heidegger en français
Submitter: Murilo Cardoso de Castro

allégorie

Depuis les Grecs jusqu’à nos jours, tout méditation sur l’art et l’oeuvre d’art, toute théorie de l’art et toute esthétique sont soumises à une remarquable fatalité. La méditation sur l’art s’est engagée chez les Grecs (Platon et Aristote) avec la caractérisation de l’oeuvre comme chose apprêtée, c’est-à-dire comme ustensile. Selon cette conception, l’oeuvre d’art est d’abord, c’est-à-dire ici envisagée en son être effectif, un matériau formé. Mais dans le même temps, il ne pouvait échapper au regard que l’oeuvre d’art est fondamentalement "davantage". Ainsi découvrit-on que l’oeuvre d’art - la chose apprêtée - dit encore quelque chose d’autre que ce qu’elle est elle-même : allo agoreuei, elle est "allégorie". Autrement dit, à l’oeuvre d’art, c’est-à-dire à la chose apprêtée, quelque chose d’autre est conjoint, symballei, elle est "symbole". Depuis lors, allégorie et symbole fournissent la représentation-cadre conformément à laquelle l’oeuvre d’art, à travers les métamorphoses les plus diverses, restera déterminée : toujours elle sera une chose apprêtée, mais aussi et précisément une chose "supérieure". Le plus haut, on le voit, est ici interprété par rapport au plus bas, comme un ajout à celui-ci. La possibilité de déterminer d’abord et proprement l’oeuvre d’art à partir de son essence la plus propre est d’emblée sacrifiée, et même elle n’est pas aperçue (Hw. 9-10). OOA1935: II

Submitted on:  Tue, 27-Mar-2007, 21:53